Les dix danses


En danses de salon, on parle assez communément des « dix danses », car se sont celles qui sont le plus souvent enseignées dans les écoles.

On distingue les danses dites "Standards" et celles dites "Latines".

Les danses standards ont largement été développées en Angleterre et sont dites internationales dans la mesure où on les retrouve dans les plus grands championnats de danses sportives.

Les danses latines ou sud-américaines sont revenues en force ces dernières années vu la sensualité et la jeunesse qu'elles nous apportent.

Passons-les en revue :

Danses standards

C'est en 1924 que les membres de l'Imperial Society of Teachers of Dancing (ISTD ) en Angleterre, décidèrent de standardiser les danses de salon, hors la valse viennoise qui n'était pas très en vogue outre-Manche, car on lui préférait de loin…la valse anglaise, évidemment. Elle sera toutefois également codifiée plus tard.


Valse lente

Valse lente encore appelée valse Anglaise ou Boston, Il s'agit sans doute d'une des plus vieilles danses européennes qu'affectionnent particulièrement les Anglais. Très élégantes, elles évoluent entre pas léger, hésitation et larges déplacements. Son rythme : 1-2-3 (le 1 étant le temps fort, très important en valse lente).

Pour les puristes : mesure 3/4 Tempo 32 mesures par minute.


Valse viennoise

Bien que popularisée à Vienne par Johann Strauss dont les valses firent danser des générations d'Autrichiens, la « Viennoise » nous vient d'Italie où elle s'appelait, à la Renaissance la Volta ! Aujourd'hui encore, c'est probablement la plus élégante et la plus prestigieuse des danses de salon. On la retrouve dans les plus grandes soirées mondaines, bal de l'École Royale Militaire, bal des débutantes… Curieusement, la valse fut interdite en France sous Louis XIII qui la jugeait trop sensuelle ! Comme quoi !

C'est une danse très physique, et du reste, dans les compétitions, une prestation en valse viennoise dure une minute, alors que les autres danses durent une minute et demie. C'est dire !

Pour les puristes : mesure 3/4 Tempo 60 mesures par minute


Quickstep

Également d'origine anglaise, le Quickstep est une danse rapide, comme son nom anglais le précise du reste. Son origine semble être la fusion du pas de Boston (valse anglaise) et du one-step. D'abord appelée Quick-Fox-Strot et influencée par une autre danse de l'entre-deux guerre, le Charleston, on finit par la nommer Quickstep vu sa vélocité. Très entraînant, le Quickstep se danse essentiellement lorsque la longueur de la piste le permet, il s'agit de courir vite entre chassés et grandes distances à parcourir. On peut malgré tout s'y essayer sur des pistes plus courtes en réduisant ses mouvements.

Pour les puristes : mesure 4/4 Tempo 48 mesures par minute


Slowfox

C'est certainement une des plus belles danses standards, mais elle est également une des plus difficiles si on veut la danser bien et avec élégance. Dans les écoles d'ailleurs, on apprend le slowfox à la fin d'une session de cours !

Autrefois appelée Slow Fox Trot et importée chez nous par les Américains lors de la Première Guerre mondiale, il s'agit d'une danse qui demande beaucoup d'espace et qui se caractérise par plusieurs figures plus ou moins difficiles comme le Three Step, le Télémark, le Top Spin ... On peut dire que le slow fox est une des danses les plus techniques qui soient. Mais rassurez-vous, on peut s'y essayer en pratiquant, correctement bien sûr, un simple pas de base.

Pour les puristes : Mesure 4/4 Tempo 30 mesures par minute


Tango

Le tango provient d'Espagne, plus précisément de l'Andalousie, il se répandra ensuite dans toute l'Amérique du Sud avec les grandes conquêtes Espagnoles. Il se différencie alors de ses origines continentales, en cause l'influence des danses créoles.
L'Argentine est probablement le berceau de cette danse. A Buenos Aires on la nommait « Baila con Corte ». Ce n'est qu'au début du 20è siècle que l'on commença à parler du Tango. La danse n'était pas du goût des biens pensants, compte tenu de son caractère sensuel. Autrefois danse de Ghetto et des quartiers chauds d'Amérique latine, sa popularité en a fait la 5è des danses dites standards. Ceci est assez curieux, compte tenu de son caractère éminemment latin ? C'est ainsi !

Pour les puristes : mesure : 4/8 ou 4/4 Tempo 34 mesures par minute.

Danses latines

Elles proviennent bien évidement du continent sud-américain, elles sont jeunes et sensuelles : la Rumba, danse de l'amour par excellence, la Samba au rythme bondissant qui fait danser tout Rio de Janeiro lors de son carnaval, le Cha-cha-cha, jeune et très libre d'évolution puisque chacun des partenaires se sépare et danse librement, le Paso Doble, noble et fière danse Espagnole très rythmée évoquant les corridas, et enfin le Jive, émanation du Rock'n'roll et du Be-bop importé par les GI'S lors de la dernière guerre mondiale.


Rumba

La rumba est cubaine, mais elle provient d'Afrique puisqu'elle était dansée par les esclaves noirs africains introduits sur le continent américain par les Espagnols. Ses rythmes sont effectivement d'origine africaine avec des percussions tam-tam, maracas, bongo. Il s'agit d'une danse très sensuelle, on l'appelle du reste volontiers la « danse de l'amour ». L'homme et la femme se retrouvent, se cherchent se séparent et se réunissent sans fin lors de ses chorégraphies sensuelles. En compétition, c'est probablement une des danses les plus attendues. Son rythme n'est pas des plus faciles et demande une bonne coordination ainsi qu'une grande complicité entre les deux partenaires… Mais les bons danseurs nous proposent alors une exhibition d'une grande beauté et d'une rare sensualité.
Petite démonstration avec Alison et Xavier.



Samba

La Samba est probablement la danse la plus latine que nous connaissions, son berceau est l'Argentine et le Brésil ! Elle proviendrait du mot « semba » qui signifie « nombril » dans le langage des esclaves africains. Ainsi, on peut imaginer que la samba permet de danser nombril contre nombril….Tout le monde connait les célèbres écoles de samba de Rio de Janeiro, apparues dans les années trente et mettant à l'honneur des groupes de danseurs aux costumes à la fois très colorés et… pour les dames, très dénudés ! Ces écoles ont certainement contribué à faire connaître et apprécier une danse jeune et fougueuse, au point que, aujourd'hui, elle fait partie des dix danses de compétitions sportives.
Petite démonstration avec Alison et Xavier.



Cha-cha-cha

Le Cha-cha-cha appartient au rythme du mambo, danse très « libre » puisque les danseurs peuvent évoluer sans se tenir, figures détachées à gauche ou à droite souvent à un ou deux mètres de distance. C'est une musique entraînante et jeune avec des mouvements parfois inattendus et toujours très rythmés. La danse se caractérise par de nombreux "chassés" qui se comptent : deux trois… quatre et un (« quatre et un » étant le pas de chassé, ou encore cha-cha-cha !). Cette danse se répand en France vers les années 60 dans la plupart des boites « yé-yé » à Paris et bien sûr… l'été… à Saint-Tropez. On la retrouve dans quelques films de l'époque.
Petite démonstration avec Alison et Xavier.



Paso Doble

Évidemment, c'est une danse espagnole, très entraînante et très martiale. Elle rappelle les combats des toréadors dans l'arène. Si le danseur représente le toréador, sa partenaire n'est évidement pas le taureau, mais bien la cape qu'il fait évoluer au gré des variations musicales, il est donc normal de retrouver des figures inspirées des mouvements de la cape du toréro : la véronique, la cape, le piétiné... Paso Doble signifie « double pas », par conséquent son rythme évolue suivant un simple pas de marche. Très populaires en France depuis les années 1920, les musiques du Paso Doble sont particulièrement vivantes et nous invitent à danser. En compétition, il s'agit d'une des danses les plus spectaculaires et dont le départ n'est pas simple parce qu'il faut démarrer directement et très vite au premier temps musical. C'est également une danse qui ne supporte pas la médiocrité ! Donc…à s'entraîner souvent !
Petite démonstration avec Alison et Xavier.



Jive

Ce sont surtout les danseurs de salon qui connaissent le Jive. Dans le grand public, on connait plutôt le Rock ! En effet, Bee Bob, Boogie-woogie, Rock ‘n roll appartenaient à la jeunesse des années cinquante et se dansaient dans les discothèques branchées ! Ce sont à nouveau les GI'S lors de la Seconde Guerre mondiale qui ont importé dans leur bagage cette danse pour le moins acrobatique que les Anglais ont baptisée « Jive». Les rythmes sont originaires du Jazz et du Swing. Les musiques de Glenn Miller contribuèrent beaucoup à la popularité du Jive dès 1943. Sur un rythme Lent-Lent ; Vite et Vite ; Vite et Vite ou encore 1-2 ; 3 et 4 ; 5 et 6 . Il s'agit d'une danse dédicacée aux jeunes et appréciée par les compétiteurs, pourtant, elle clôture habituellement leur prestation, or c'est certainement la plus physique des cinq Latines !
Petite démonstration avec Alison et Xavier.